Si vous êtes ici, c’est sans doute parce que vous vous demandez en quoi les pantalons Basanne sont éco-responsables puisqu’ils sont principalement composés de polyamide conventionnel. Bien vu !

Aujourd’hui, on entend souvent parler de matières éco-responsables. Mais qu’est-ce qui définit réellement une matière éco-responsable ? Une matière naturelle, recyclée ou encore biologique ? C’est en fait un peu plus complexe que ça.

Déjà, il est important de rappeler que toute extraction de matière, quelle qu’elle soit, est source de pollution puisque sa transformation demande de l’énergie et bien souvent des produits chimiques. Une nouvelle fois, si on veut ne pas polluer, il ne faut pas produire. Rien de nouveau sous le soleil ! Mais comment choisir la meilleure matière ? Celle qui polluera le moins et qui respectera les humains et les animaux ? Cela dépend de beaucoup de paramètres, et notamment de l’usage du vêtement final (le pantalon), de la fabrication des matières et de leur durée de vie dans le temps.

 

1. Une matière adaptée à un pantalon d’équitation

 

La première question à se poser lorsque l’on choisit une matière, c’est l’usage : pour quel produit et dans quelles conditions ? Dans le cas du pantalon d’équitation, il est obligatoire que le pantalon soit adapté à la pratique. Il doit être résistant dans le temps pour ne pas avoir à en racheter tous les quatre matins, et donc éviter de repolluer et, accessoirement, de redépenser. Il doit également être confortable pour que l’on ait envie de le porter longtemps et pour ne pas qu’il reste dans notre placard et que l’on ait produit et acheté un pantalon pour rien.

 

pantalon d'équitation bleu marque basanne

 

Voici la liste des caractéristiques que doit cocher absolument la matière d’un pantalon d’équitation :

  • Élasticité : pour qu’il suive nos mouvements à cheval comme à pied
  • Tenue : adieu le pantalon qui se détend après quelques heures
  • Respirabilité : pour pouvoir le porter en été comme à la mi-saison sans transpirer comme un petit cochon (et en prime pour qu’il sèche vite)
  • Résistance : aux frottements avec la selle mais aussi aux ronces, aux scratchs, aux UV et à toutes sollicitations extérieures qui risquent d’abîmer le pantalon
  • Douceur : pour que les personnes sensibles n’aient pas d’irritations et plus globalement, pour qu’il soit hyper agréable à porter

 

2. Le choix des matières

 

Développer le pantalon comme premier produit pour lancer Basanne m’a semblé évident puisque c’est LE produit essentiel pour l’équitation. J’ai très longtemps cherché une matière innovante, nouvelle, qui répondait à tous les critères précédents et qui n'était pas, qu’on se le dise, à base de pétrole.

 

sourcing des matières

Échantillons de matières provenant d'un fournisseur textile

 

Il y a plein de matières intéressantes. Le lin par exemple avec sa production locale (Nord de la France ou Bretagne), sa très petite consommation en eau pour sa culture, et sa très bonne résistance dans le temps. Mais on imagine mal un pantalon d’équitation en lin ! C’est un exemple parmi tant d’autres, pour mettre en évidence la difficulté d’avoir à la fois une matière qui pollue peu lors de sa fabrication et qui répond également au besoin du produit.

Alors oui, il est peut-être possible d’investir en recherche et développement pour essayer d’inventer une nouvelle matière du futur avec des fibres innovantes. Mais c’est un projet à part entière qui demanderait énormément de temps et d’argent et qui n’est clairement pas à la portée d’une petite entreprise comme Basanne.

 

 

gif argent

et lui, c'est pas moi ... !

 

Conclusion : je n’ai rien trouvé de révolutionnaire et je me suis donc tournée vers les matières utilisées actuellement pour les pantalons d’équitation : le coton et le polyamide. Avec leurs avantages, et leurs inconvénients.

D’un côté, le coton. Connu pour être une matière naturelle, sa culture est très gourmande en eau. Elle est notamment responsable de l’assèchement de la mer d’Aral. Lorsqu’il n’est pas cultivé en agriculture biologique, c’est-à-dire plus de 99% du temps (moins d’1% de la production est bio), le coton génère une importante pollution à cause des engrais et pesticides utilisés, principalement responsables de la disparition inquiétante des insectes. Cette culture du coton conventionnel pose également un réel problème sanitaire puisque ces substances chimiques sont utilisées en Chine et en Inde par des travailleurs qui n’ont bien souvent pas les protections nécessaires lorsqu’ils les pulvérisent et qui, avec le contact répété de ces substances, développent des maladies graves. Cela étant dit, le coton biologique (label GOTS) est une matière que je trouve acceptable dans une démarche éco-responsable. 

 

champ de coton

Photo d'un champ de coton

 

D’un autre côté, le polyamide. Aussi connu sous le terme « nylon », c’est une matière artificielle issue du pétrole très utilisée pour les articles de sport puisqu’elle est souple, extensible, très résistante et qu’elle sèche très vite. Sa production pose en fait les mêmes problèmes environnementaux, sociaux et politiques que ceux du pétrole. Son procédé de fabrication demande beaucoup d’énergie et d’eau (pour refroidir les fibres et en faire un fil) et émet beaucoup de gaz à effet de serre. Il existe aujourd’hui des matières en polyamide végétal (le BioNylon) ou en polyamide recyclé issu des déchets plastiques (econyl®) qui sont des alternatives qui semblent bien plus responsables. Et je vous vois venir : évidemment c’est ce que je voulais absolument ! Mais les références en polyamide recyclé qui existent sur le marché sont principalement destinées à l’univers du bain ou du fitness/yoga (maillot de bain, legging, etc…), c’est-à-dire des matières bien trop fines pour en faire un pantalon d’équitation. Il serait possible de réaliser un développement spécifique uniquement pour Basanne. Mais malheureusement, en tant que jeune marque, ce n’est financièrement pas possible. On fait une veille régulière et j’espère qu’une nouvelle référence plus épaisse et adaptée au besoin du pantalon verra le jour rapidement ! Et dans ce cas, évidemment, on changera pour du recyclé !

 

échantillon de matière

Échantillon de matière en polyamide et élasthanne

 

Cela étant dit, pour la matière secondaire du pantalon (au niveau de la cheville, des poches, et de la ceinture), les références existantes étaient parfaites et l’une d’entre elles cochait toutes les cases. La matière secondaire du pantalon est donc déjà en polyamide recyclé !

 

3. En quoi le pantalon Basanne est-il éco-responsable ?

 

Il y a un aspect que l’on oublie souvent lorsque l’on parle de matières éco-responsables, c’est la durée de vie des matières. Une matière doit absolument tenir dans le temps. La conséquence sinon, c’est un vêtement qui est rapidement mis au placard ou à la poubelle et un consommateur qui achète de nouveau (et qui donc pollue de nouveau).

 

martindale

Machine de test à l'abrasion (Martindale)

 

Si vous avez bien suivi, on peut actuellement fabriquer des pantalons d’équitation en coton (biologique évidemment, sinon on oublie) et/ou en polyamide conventionnel (pas en recyclé puisqu’il n’existe actuellement aucune référence adaptée pour un pantalon). À noter qu’il est toujours nécessaire d’ajouter de l’élasthanne aux fibres pour avoir l’élasticité nécessaire à un bon pantalon d’équitation.

Tout d’abord il y a les pantalons en coton + élasthanne. Exemple du classique de Décathlon affiché entre 10 et 15€ - Composition : 97% coton + 3% élasthanne. Je parie que vous le connaissez, surtout l’ancien avec les scratchs en bas ! Il y en ensuite les mélange en coton + polyamide + élasthanne. De nombreuses marques en ont, il suffit de regarder la compo. Enfin, il y a les pantalons en polyamide + élasthanne où il est souvent mentionné « matières techniques ». De plus en plus de marques en utilisent.

Et donc maintenant qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on choisit ? Et surtout COMMENT on choisit ? On a vu un peu plus haut que, malheureusement, on n’avait pas vraiment le choix quant aux matières qu’il était possible d’utiliser. Il faut donc faire avec. Et surtout, partant du principe que la fabrication de ces matières va polluer beaucoup, il faut absolument choisir une matière qui dure super longtemps pour en faire un pantalon durable !

 

pantalon basanne en bleu

Pantalon d'équitation Basanne en bleu 

 

La pollution d’une matière devrait, selon moi, se mesurer avec le rapport entre la pollution que la fabrication de cette matière a générée et la durée de vie de cette matière. C’est des maths. Si un pantalon confectionné dans une matière X a une pollution de 10 et qu’il dure 2 ans, il aurait une pollution de 10/2 par an, soit 5 par an (peu importe les valeurs et les unités, c’est pour expliquer simplement). À utilisation équivalente, si un autre pantalon confectionné dans une matière Y a une pollution de 15 mais qu’il dure 10 ans, il aurait une pollution de 15/10 par an, soit 1,5 par an. La matière Y, bien plus polluante au niveau de son procédé de fabrication, donnerait finalement un pantalon avec un impact moins négatif que celui confectionné avec la matière X.

Bref, pour résumer, il faut tester la résistance des matières pour choisir celle qui durera le plus longtemps ! Et c’est ce qu’on a fait avec une quinzaine de références de matières que l’on a testées en laboratoire. Objectif : les comparer entre elles et identifier celle qui résiste le mieux. On a testé des matières :

  • en polyamide élasthanne
  • en coton polyamide élasthanne
  • en coton élasthanne

 

récapitulatif des résultats de test à l'abrasion

Document répertoriant toutes les matières testées pour le pantalon

 

Résultat ?

Le polyamide élasthanne est de loin celle qui obtient les meilleurs résultats ! Entre 3 et 6 fois plus résistante que le coton polyamide élasthanne et environ 20 fois plus résistante que le coton élasthanne. Tout ce qui contient du coton a tendance à boulocher plus rapidement, c’est notamment dû aux fibres de coton moins longues que celles du polyamide. Le coton a également moins de tenue et c’est d’ailleurs flagrant sur les pantalons qui ne contiennent que du coton et de l’élasthanne : ils se détendent en deux temps trois mouvements.


 

Conclusion

Le choix des matières pour la confection d’un vêtement est complexe. La matière doit dans un premier temps être parfaitement adaptée à l’usage pour que le vêtement puisse être agréable à porter au quotidien. Qu’elle soit recyclée, biologique ou conventionnelle, la fabrication d’une matière pollue. Choisir une matière qui dure longtemps, c’est s’assurer de proposer à la vente un produit que le client gardera longtemps (évidemment, il faut aussi qu’il soit bien coupé et esthétique, mais ce n’est pas le sujet ici). Dans le cas du pantalon d’équitation, les matières en polyamide élasthanne sont les matières les plus durables dans le temps. L’idéal serait de trouver une référence en recyclé, ce qui n’existe actuellement pas, mais patience, le polyamide recyclé a le vent en poupe, et c’est une bonne chose puisqu’il permet de ramasser des déchets existants pour les transformer en une nouvelle matière. Enfin, impossible de parler de durabilité sans parler de réparation. C’est actuellement un sujet important sur lequel on travaille afin prolonger encore plus la durée de vie des produits Basanne !

 

J’espère que cet article vous aura appris des choses et vous aura permis de mieux comprendre le choix des matières du pantalon. 

En attendant le prochain article, je vous souhaite à tous une belle journée, soirée, nuit et vous dis à très bientôt !

Aliénor

08 juillet, 2022 — Aliénor Amet
Thèmes: Produits

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés